Bac STMG

Les points forts de la série :

Une large ouverture sur le secteur tertiaire

  • Une bonne alternative à un bac Economique et Social (ES) : grâce à un bon équilibre entre matières générales (Français, Mathématiques, Histoire-Géographie, LV1 et LV2) et technologiques (Sciences de Gestion et Management)
  • Une bonne préparation à l’enseignement supérieur : une série technologique qui prépare aussi les élèves aux classes préparatoires, aux écoles de commerce, de droit, du secteur social, et pas seulement aux parcours en deux ans (I.U.T. et B.T.S)
  • Une spécialité en Terminale : 4 baccalauréats proposés en Terminale : Gestion Finance, Mercatique (marketing), Ressources Humaines et Communication, Systèmes d’Information et de Gestion
  • Le secteur tertiaire, une grande variété de débouchés professionnels : Commerce, banque, assurances, tourisme, bureautique, ressources humaines, secteur juridique, transport, logistique, communication, publicité, comptabilité-gestion, développeur informatique, gestionnaire de réseau informatique, immobilier, fonction publique, …

Nos atouts :

Des moyens pour réussir

  • Une semaine de stage en entreprise en Première pour découvrir et se confronter au monde professionnel
  • Une section européenne anglais spécifique à la sérier (Communication en entreprise)
  • Des visites d’entreprises, des interventions de professionnels, des mises en situation (travail en lien avec un magistrat pour la reconstitution d’un procès et la découverte du droit et de l’appareil judiciaire),…

Paroles d’élèves :

  • « La STMG c’est concret, moins général qu’en S, L ou ES ».
  • « Les matières « générales » sont moins soutenues dans les programmes. Ceci permet une bonne approche des matières techniques ».
  • « C’est une filière très enrichissante : elle est largement ouverte sur le monde de l’entreprise ».
  • « L’option SEA permet de partir faire un stage à l’étranger (Malte) ».
  • « La gestion originale des projets par spécialité ; un atout pour la poursuite d’études en BTS ou IUT.
  • « La difficulté : les nouvelles matières (Economie, Droit, Management, et la spécialité requièrent l’apprentissage de beaucoup de vocabulaire ».